Les applications de santé n’ont pas toujours de suivi scientifique avant leur mise sur le marché, une étude informe

©Getty Images / SCIENCE PHOTO LIBRARY

Une récente étude s’est intéressée aux applications de santé. D’après les recherches, deux tiers d’entre elles n’auraient pas fait l’objet d’une évaluation scientifique avant leur mise sur le marché. Un procédé légal qui peut pourtant comporter des risques pour les patients. Décryptage.

Les applications de santé ont toujours eu le vent en poupe. En effet, santé et fitness confondus, en 2021, le nombre de téléchargements s’élevait à plus de 2,5 milliards. Outre la crise du covid et la fermeture des salles de sport qui n’ont fait qu’accentuer ce phénomène, cette tendance a toujours été croissante depuis des années. Une récente étude nous indique que « chaque jour, 250 nouvelles applications de santé apparaissent sur les boutiques des smartphones, soit pas moins de 90.000 nouvelles applis par an » indique le site « Science et Avenir ». Généralement destinées aux personnes malades, ces plateformes ont récemment été passées au crible par une équipe française. Les recherches publiées dans le Journal of Medical Internet Research (JMIR) ont ainsi montré qu’avant d’être mises sur le marché les applications ne faisaient pas l’objet d’une étude scientifique. Un procédé légal qui peut toutefois présenter des risques.

A lire aussi >> « Tout notre système de santé est à bout de souffle » estime le nouveau ministre de la Santé

Le rôle des applications de santé

Pour l’étude, les scientifiques ont analysé différentes applications de santé disponibles. Ces dernières se révèlent être une véritable aide pour le suivi des patients atteints de cancer, pathologie cardiaque ou même douleurs chroniques. Au total, l’étude nous informe que 30 % de ces applications étaient nécessaires pour informer sur la prise...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles