Les applis de rencontre, nouveaux outils d’information et d’espionnage dans la guerre en Ukraine

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, des utilisateurs utilisent Tinder, Badoo ou Hinge pour partager des informations sur la réalité de la guerre, mais aussi recueillir des renseignements sur la localisation des soldats russes.

En Russie, depuis le début de la guerre, informer les citoyens sur la réalité de ce qui se passe en Ukraine est devenu extrêmement risqué. Pour défendre leur liberté d’informer, les médias indépendants ont quitté le pays et les journalistes restés sur place sont obligés de participer à la propagande d’État, pour éviter la prison.

Une censure organisée depuis Moscou, mais que des citoyennes et citoyens parviennent néanmoins à contourner grâce aux applis de rencontre. C’est ce que révèlent nos consœurs de la version américaine de « ELLE » dans une enquête passionnante, qui montre comment le détournement de Tinder, Badoo ou Hinge permet non seulement d’informer sur la réalité de ce qui se passe en Ukraine, mais aussi de recueillir des renseignements pour trianguler l’emplacement des troupes russes dans le pays.

Lire aussi >> Applis de rencontre : ce qu'elles disent de votre personnalité

Un moyen d’informer librement

Parmi ces informatrices, se trouve Nora, une consultante en informatique de nationalité bulgare et qui, depuis New York où elle réside, utilise Badoo pour déjouer la censure russe. « Des civils et des enfants ukrainiens sont tués. Des bâtiments résidentiels, des écoles et des jardins d'enfants sont bombardés. Poutine menace d'une guerre nucléaire », a-t-elle notamment écrit à une cinquantaine d’utilisateurs de l’appli vivant en Russie avant que son compte ne soit temporairement bloqué.

« Quand...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles