Après un AVC, quelle rééducation pour mieux récupérer ?

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est la première cause de handicap chez l'adulte. Le cerveau ayant subi des lésions, la motricité, la mémoire et le langage peuvent être affectés en fonction de l'intensité, du lieu et du type d'AVC (hémorragique ou ischémique). Prises en charge le plus tôt possible, ces séquelles ne sont pas une fatalité. La récupération de la parole ou encore de la motricité est possible. Différents traitements peuvent être proposés au retour au domicile, comme une prise en charge chez un kinésithérapeute, un orthophoniste ou dans un service hospitalier spécialisé en médecine physique et réadaptation. Dans un rapport publié le 4 juillet 2022, la Haute autorité de santé (HAS) fait le point sur les techniques les plus efficaces (Source 1).

Comment le cerveau est-il capable de récupérer après un AVC ? Quelles techniques et solutions pour une meilleure récupération ?

Le cerveau est capable de créer de nouveaux circuits neuronaux avec pour objectif de pallier les déficiences (difficulté à marcher, à parler...) qui sont les conséquences de l'AVC. Le Pr Alexis Schnitzler décrit ce phénomène de plasticité : « au cours d'un AVC, une partie du cerveau est privée d'oxygène et de sucre. Certaines cellules sont alors endormies, d'autres détruites. Les cellules endormies vont pouvoir se réveiller dans les 3 à 6 mois, à condition d'être stimulées. La rééducation sert à optimiser ce processus naturel. »

...

Lire la suite