Après un buzz sur les réseaux, la pianiste Valérie Marie est sur les planches du Tristan Bernard

La route fut longue avant la reconnaissance. C’est ce long chemin que nous raconte Valérie Marie dans ce seul en scène au théâtre Tristan Bernard, en partenariat avec Europe 1, après avoir été repérée sur les réseaux sociaux grâce à sa reprise au piano d'Hallelujah de Leonard Cohen dans un aéroport. Chemise blanche et pantalon noir, le costume semble annoncer un concert de piano.

C’est presque ça : mains sur le clavier, la pianiste revient sur des événements marquants de sa vie. Sa rencontre avec l’instrument, son enfance dans une famille très modeste, son premier piano, le cadeau le plus précieux sous le sapin et le choix de la raison : abandonner l’instrument pour des études de commerce.

photo 2
photo 2

© Marie Gicquel / Europe 1

Mais la passion revient lui chatouiller les doigts à la quarantaine. Elle décide de se relancer dans le piano, d’être compositrice de musiques de films, de rencontrer des maisons de disques… en vain.

Un buzz à la Despacito

Tout va basculer à l’aéroport de Toulouse. L’avion de Valérie Marie a du retard, elle décide donc de jouer Hallelujah de Leonard Cohen sur le piano en libre-service de l’aéroport. Un inconnu s’invite et chante. La scène fi...


Lire la suite sur Europe1