Après plus de deux mois de grève à Vertbaudet, un accord a été signé entre la CGT et la direction

Les salariées en grève sur le site Vertbaudet de Marquette-lez-Lille (Nord), ont mis fin à leur mouvement de contestation, le 2 juin, après avoir obtenu des augmentations de salaire.

« Notre combat a servi à quelque chose »: les 72 grévistes de l'enseigne de puériculture Vertbaudet, mobilisés depuis le 20 mars sur l'entrepôt de Marquette-lez-Lille (Nord), ont signé vendredi 2 juin un accord avec la direction mettant fin à plus de deux mois de mobilisation tendue.

Lire aussi >> L’action syndicale et le travail des femmes : la CGT est-elle féministe ?

« La direction de Vertbaudet annonce la conclusion d'un protocole de fin de grève conclu avec les représentants de la CGT de l'entreprise », a affirmé la direction à l'AFP. « Il comprend la levée du piquet de grève « à minuit » et le retour au travail des 72 grévistes » mardi.

« Nous sommes très contentes, notre combat a servi à quelque chose, financièrement je vais devoir me restreindre un peu ces prochains mois mais cela en valait la peine », s’est réjouie auprès de l'AFP Anaïs Vanneuville, une gréviste.

Calmer les tensions

« Nos conditions de retour seront discutées lundi » l'idée étant « qu'on rentre par petits groupes sur différentes tranches horaires » pour calmer les tensions avec les salariés non grévistes, a-t-elle ajouté.

L'accord de fin de conflit « prévoit qu'aucune sanction ne sera prise contre les grévistes » alors que certains avaient été convoqués pour des entretiens préliminaires à licenciement, a précisé à l'AFP Amar Lagha, secrétaire général de la CGT commerce et services, se félicitant d'une « victoire sans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi