Après l’orque, un beluga vient d’être retrouvé dans la Seine

©Istock / Khep

Quelques semaines après avoir trouvé une orque dans la Seine, il y a quelques jours, l’histoire s’est répétée puisqu’un béluga a été découvert à son tour. Jeudi 4 août, le cétacé a été retrouvé à près de 60 kilomètres de Paris. Actuellement, des opérations de sauvetage sont mises en place pour sauver l’animal.

Il y a quelques semaines, une orque a été retrouvée dans la Seine. L’animal avait remonté le fleuve avant d’y décéder en juin dernier. Il y a quelques jours, un nouvel animal aquatique « inhabituel » a été repéré mardi 2 août. Il s’agit d’un béluga, un cétacé plutôt habitué aux eaux de l’Arctique. Jeudi 4 août, il a été repéré à près de 60 kilomètres de Paris, dans un état « préoccupant » car « amaigri ». L’association Sea Sheperd et les autorités ont récemment lancé une opération de sauvetage.

À lire aussi >> Qui a tué l’orque de la Seine ? Sea Shepherd propose 10.000 euros pour le savoir

Un béluga à environ 60km de Paris

Il est plutôt rare de retrouver un béluga dans la Seine et pourtant, c’est bien ce qu’il c’est passé cette semaine. Cette espèce nommée aussi « baleine blanche » ou encore dauphin blanc » a été identifiée dans les eaux du fleuve mardi. Face à cet événement, la préfecture de l’Eure a diffusé un communiqué expliquant qu’« il s’agit d’une espèce protégée de cétacé vivant habituellement dans les eaux arctiques, subarctiques et dans l’estuaire du Saint-Laurent au Québec. Il arrive à des individus isolés d’errer dans des eaux plus méridionales. Il peut survivre temporairement en eau douce. […] Une évaluation de son état de santé est en cours afin de prendre les mesures adaptées pour optimiser ses chances de survie ». Ce jeudi 4 août, le cétacé a été...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles