Après l'avortement, Clarence Thomas veut s'attaquer au mariage gay et à la contraception

Il est le juge le plus conservateur de la Cour suprême. Clarence Thomas, 74 ans, a non seulement voté la révocation du droit à l'avortement sur le sol américain, mais a estimé qu'il fallait aller "plus loin".

"Dans de futurs dossiers" concernant la vie privée, "nous devrions revoir toutes les jurisprudences", a-t-il lancé. Et d'énumérer les 3 arrêts que la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis aurait "le devoir de corriger" : "Griswold v. Connecticut", qui a consacré le droit à la contraception en 1965, "Lawrence v. Texas", qui a rendu inconstitutionnelles les lois pénalisant les relations sexuelles entre personnes de même sexe en 2003, et "Obergefell v. Hodges", l'arrêt de 2015 protégeant le mariage pour tous sur le sol américain dans sa totalité.

"Le juge Thomas a explicitement appelé à reconsidérer le droit à l'égalité du mariage, le droit des couples à faire leurs choix en matière de contraception. C'est une voie extrême et dangereuse sur laquelle la Cour nous entraîne", a de son côté condamné le président américain Joe Biden, quelques heures après la décision sur l'avortement.

Vers un remise en cause du mariage interracial ?

La vice-présidente Kamala Harris déplore quant à elle un vote qui "remet en question d'autres droits que nous...

Lire la suite


À lire aussi

L'avortement et le mariage gay enfin légalisés en Irlande du Nord
L'Alabama censure un dessin animé à cause d'une scène de mariage gay
Mariage gay : l'École catholique veut ouvrir le débat avec les élèves

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles