Après les piscines, le fisc veut traquer plusieurs autres types de constructions... depuis le ciel

Attention aux contribuables qui n'auraient pas bien effectué leur déclaration d'impôts. Le mardi 11 juin 2024, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) publiait son rapport d'activité 2023, relayé par le site Merci pour l'info. D'après les données dévoilées, 140.000 propriétaires de piscines seraient aujourd'hui dans le viseur du fisc pour ne pas les avoir déclarées. Un nombre important, qui a d'ailleurs bondi comparé aux autres années. La DGFiP se réjouit du "plan ambitieux de lutte contre la fraude fiscale, douanière et sociale" qui mobilise "l’ensemble des administrations concernées", puisque ces contrôles auraient permis de comptabiliser pas moins de 40 millions d’euros supplémentaires dans les recettes de taxe foncière. Satisfaits de ces résultats, les contrôleurs fiscaux vont donc désormais s'en prendre à d'autres infrastructures extérieures. Pour ce faire, ils vont utiliser une méthode "vue du ciel".

De tels résultats ont notamment été obtenus grâce à un partenariat mis en place entre le cabinet de conseil Capgemini et Google, permettant aux contrôleurs d'arrêter les enquêtes de terrain. Mise en place en 2022 - dans seulement 9 départements, le temps d'une expérimentation - l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) avait déjà permis de détectées 20.000 piscines non déclarées. Concrètement, cette IA se sert des prises de vues aériennes de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), ainsi que d’un certain nombre de données pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite