Après la tuerie de Buffalo, l’État de New York durcit sa législation sur les armes

Le débat sur la régulation du port d’armes fait rage aux États-Unis, qui connaissent une vague de fusillades particulièrement choquante depuis trois semaines.

Âge minimum pour acheter un fusil semi-automatique, limitation des chargeurs à grande capacité : après la tuerie raciste de Buffalo et le massacre dans une école au Texas, l’État de New York a pris lundi une série de mesures pour restreindre l’accès aux armes à feu.

« La violence par arme à feu est une épidémie qui déchire notre pays. Les pensées et les prières ne régleront pas le problème, mais des actions fortes le feront », a déclaré lundi Kathy Hochul, la gouverneure démocrate de l’État de New York, où se trouve la ville de Buffalo.

Le président américain Joe Biden a lui-même appelé la semaine dernière à interdire au niveau national la vente de fusils d’assaut semi-automatiques, comme c’était le cas de 1994 à 2004. À défaut de faire passer cette interdiction largement rejetée par les républicains, il demande de relever l’âge minimum d’achat à 21 ans. Pour l’instant, les négociations n’ont pas abouti à un accord entre démocrates et républicains.

Le semi-automatique au cœur du débat

Dans la tuerie de Buffalo, qui a fait 10 morts afro-américains le 14 mai dernier, comme dans la fusillade de l’école primaire d’Uvalde au Texas, qui a coûté la vie à 19 enfants et deux enseignantes, les deux tireurs avaient 18 ans et portaient des fusils semi-automatiques.

Derrière ces deux drames qui ont choqué le pays, les fusillades sont quotidiennes aux États-Unis. Ce week-end encore, trois personnes sont mortes à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles