Arnaques financières : comment les éviter

·2 min de lecture

Des dizaines de millions d’euros sont dérobés chaque année aux épargnants victimes d’escroqueries.

La crise sanitaire n’a fait qu’accroître les arnaques sur Internet comme au téléphone. Ainsi, en 2020, le régulateur des banques et des assurances, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, a recensé pas moins de 1 081 sites ou entités qui proposent, sans aucune autorisation, crédits, livrets d’épargne, services de paiement et autres contrats d’assurance. Parmi eux, des offres frauduleuses, qui usurpent l’identité d’établissements légaux. A l’Autorité des marchés financiers, Claire Castanet partage ses conseils pour éviter les pièges.
Paris Match. Quelles sont les escroqueries financières les plus fréquentes ?
Claire Castanet. Depuis 2019, des “supermarchés” de l’arnaque sévissent. Ils se caractérisent par une multiplicité de thèmes qui évoluent au fil de l’eau, pour happer un maximum d’épargne. Les fausses offres portent sur le trading de devises, des placements viticoles, l’acquisition de cheptels, des investissements en chambres d’Ehpad ou dans des valeurs considérées comme des refuges, telles que l’or ou les bouteilles de vin. Des arnaques aux crypto-actifs ont réapparu depuis la fin de l’année dernière, à la faveur de la hausse du prix du Bitcoin. En parallèle, les techniques employées se sont sophistiquées.

C’est-à-dire ?
Les fraudes fondées sur l’usurpation d’identité d’acteurs ayant pignon sur rue se sont généralisées. Je pense notamment aux investissements factices dans des parkings d’aéroport, où les escrocs se faisaient passer pour des acteurs du BTP. Des imposteurs usurpent aussi le nom et le numéro d’enregistrement d’authentiques intermédiaires financiers, de sorte qu’une simple vérification ne suffit pas à déceler la tromperie.

"

Le placement miracle à hautes performances et sans risque(...)


Lire la suite sur Paris Match