"Arrêtez de montrer des pédés" : Bataille et Fontaine révèlent les pressions de TF1

·1 min de lecture

Laurent Fontaine et Pascal Bataille, animateurs de l'émission culte des années 2000 Y'a que la vérité qui compte, n'avaient pas peur de s'engager, malgré les protestations de leur direction. Invités du podcast Radar, publié sur le site de RTL ce vendredi 27 novembre, le duo est revenu sur les pressions qu'ils subissaient de la direction de TF1, avant l'arrêt de leur émission en 2006.

"Vous savez, par exemple, on a été les premiers à monter un couple d’homosexuels à la télé qui s’embrassent. TF1 nous faisait une guerre chaque semaine pour nous dire arrêtez de montrer des pédés à la télé. Ce qu’on nous disait en vrai, dans les réunions, c’était ça : 'Arrêtez de montrer les pédés, vous perdez 700 000 téléspectateurs quand vous montrez un couple de pédés'", a dévoilé Pascal Bataille. Malgré tout, Bataille et Fontaine ont persisté : "Nous, on disait : 'Non, on ne va pas arrêter parce qu’on trouve que c’est bien, que cette émission doit aussi servir à ça'. C’était des combats, mais on a tenu bon."

Duo incontournable de la télévision française, Pascal Bataille et Laurent Fontaine ont continué à collaborer après l'arrêt de leur émission sur TF1. En 2009, ils ont créé une école de télévision. Leur longue amitié a connu une mauvaise passe ces dernières années. Ils se sont perdus de vue pendant quatre ans, à cause de différends politiques.

Laurent Fontaine, qui conseillait Emmanuel Macron en 2017, a confié dans le podcast présenté par Eric Dussart : "On s'est moins vus depuis trois, quatre (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Une gueule de dalmatien" : quand Édouard Philippe était chahuté par un proche du président
VIDÉO - "Bouffée de chaleur" : Élodie Frégé et Grégory Fitoussi émoustillent Laury Thilleman
"Tout ce qu'il touche devient un problème"... Gérald Darmanin continue de diviser
Christophe Dominici : ces terribles envies de suicide qu'il avait évoquées...
"Ne m'appelle plus jamais" : l'ultimatum de Nicolas Sarkozy à Gérald Darmanin