"Arrêtez de promouvoir cette merde toxique" : la perte de poids de Kim Kardashian crée un tollé

C'est la dernière prouesse vestimentaire de Kim Kardashian : avoir réussi à obtenir les autorisations pour sortir une véritable relique mode de son musée, la robe étincelante de Marilyn Monroe, et se rendre au Met Gala dans cette tenue pareille à nulle autre.

Composée de diamants (conservée dans une salle où la température est d'environ 20 degrés et le taux d'humidité de 40 à 50 %), elle a attiré tous les regards ce lundi 2 mai. A raison, puisque le vêtement acheté par l'actrice américaine au couturier français Jean-Louis Berthault est un bijou au sens propre comme au figuré. Elle a été enfilée une fois par l'icône : le 19 mai 1962, pour entonner le désormais culte Happy Birthday to You Mister President à John Fitzgerald Kennedy. Quelques mois plus tard, l'actrice était retrouvée morte dans sa chambre d'hôtel.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais c'était sans compter sur les propos problématiques de celle qui l'a revêtue 60 ans plus tard.

"Tout ça pour rentrer dans une putain de robe ?"

Interrogée en haut des marches par La La Anthony pour Vogue, la femme d'affaires a narré, telle une victoire, les mesures extrêmes qu'elle entreprises pour passer son corps dans le tissu. "Je l'ai essayée et elle ne m'allait pas", se souvient-elle, émue. "J'ai dit, 'Donnez-moi trois semaines'. J'ai dû perdre 7 kilos jusqu'à aujourd'hui".

Et d'ajouter, fière d'elle : "C'était un tel défi. C'était comme un rôle. J'étais déterminée à m'adapter...

Lire la suite


À lire aussi

"Tomber enceinte après un viol est une chance" : cette élue républicaine crée un tollé
Un manuel de maths adapté pour les filles et pour les garçons crée un tollé en Chine
Cette campagne qui défend "la liberté dans le hijab" crée un tollé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles