Arthrose du genou : une nouvelle méthode de rééducation très efficace

En France, l’arthroplastie concerne majoritairement des personnes de 65 à 70 ans. Elle est indiquée chez les malades souffrant d’arthrose du genou ou gonarthrose, une maladie qui progresse lentement mais sûrement, faute de traitement médical efficace pour ralentir son évolution.

Après la chirurgie, les patients doivent effectuer des semaines de rééducation pour retrouver toute la mobilité de leur articulation et une vie normale. Une nouvelle étude américaine, parue dans The Journal of Bone & Joint Surgery, suggère qu’utiliser un système virtuel de physiothérapie à domicile serait aussi - voire plus - efficace qu’une rééducation classique.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs de l'université de Duke (Etats-Unis) ont suivi plus de 300 patients opérés du genou, en moyenne à l’âge de 65 ans. La moitié des participants se sont vu proposer une physiothérapie traditionnelle (à la maison ou en cabinet), les autres ont testé un système de télésanté permettant des séances de rééducation virtuelles, en 3D, à domicile. Chaque semaine, ils bénéficiaient aussi d’une téléconsultation avec un physiothérapeute à distance.

Ce service de réadaptation à distance semble prometteur. Ainsi, les patients ayant réalisé leur rééducation "seuls" ont obtenu de meilleurs résultats que les autres. D’abord en terme d’observance. Ils ont ainsi effectué leurs exercices plus fréquemment (en moyenne 5,9 jours par semaine contre 3,3 pour les autres). Et ils ont fini pour la plupart (88%) toute la série conseillée contre 65% dans le groupe témoin. Une motivation exceptionnelle !

Au bout de douze semaines de rééducation, ils ont obtenu logiquement des résultats similaires (parfois même meilleurs) en terme de récupération de la mobilité de leur genou opéré.

Ce nouveau procédé pourrait bien avoir de beaux jours devant lui, en raison de la difficulté de trouver un praticien d’une part et du coût que ces séances représentent par ailleurs. Le système américain testé s’avère en effet trois fois moins onéreux

(...) Cliquez ici pour voir la suite