Arthrose de la main : à quoi sert une orthèse ?

L’arthrose des mains est très courante : il s’agit de la deuxième dégénérescence du cartilage la plus fréquente. La main fait également partie des articulations les plus touchées par l’arthrite, notamment la polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire touchant les articulations qui concerne environ 300 000 personnes en France. Pour réduire l’inflammation et la douleur, faciliter les mouvements ou encore corriger une déformation (des doigts par exemple), le port d’une orthèse peut être fort utile. Cette solution douce vient en complément des solutions médicamenteuses qui soulagent les douleurs (anti-inflammatoires, injections de cortisone, viscosupplémentation avec injection d'acide hyaluronique...)

Orthèse de repos ou de fonction ?

Une attelle apporte aussi un certain confort : l’orthèse de repos immobilise totalement l'articulation la nuit et lors des crises. Elle permet de relâcher les tensions douloureuses et de calmer l'inflammation. L’orthèse de fonction, elle, aide à conserver une part de mobilité tout en limitant certains mouvements et en réduisant les contraintes articulaires dans la vie de tous les jours. Les orthèses existent pour toutes les articulations - genou, poignet, main... - et même pour les doigts, alors indiquées pour les personnes souffrant de rhizarthrose (arthrose du pouce) par exemple.

Considérée comme un dispositif médical, l’orthèse est prescrite par le médecin, généralement le généraliste ou le rhumatologue, et remboursée partiellement par la Sécurité sociale (totalement dans le cas de la polyarthrite) et certaines mutuelles. Si la déformation n’est pas importante, on la choisit de "série" (disponible immédiatement en pharmacie) sinon, elle est réalisée sur mesure par un spécialiste des attelles.

L'ergothérapie en renfort

En cas d’arthrose de la main ou des doigts, une consultation avec un ergothérapeute peut s’avérer utile en complément. Objectif : identifier les activités qui déclenchent ou entretiennent des douleurs au quotidien afin

(...) Cliquez ici pour voir la suite