Les artistes du Niger, du Mali et du Burkina Faso, persona non grata en France

C’est une décision qui met en péril la tenue du festival Sens Interdits, à Lyon (du 14 au 28 octobre), mais aussi du Festival des Francophonies en Limousin (du 20 au 30 septembre). Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères a demandé aux institutions culturelles du pays de « suspendre, jusqu’à nouvel ordre, toute coopération avec le Mali, Niger et le Burkina Faso », et ce, « sur instruction du ministère des Affaires étrangères ».

Le mail précise : « Tous les soutiens financiers doivent également être suspendus, y compris via des structures françaises, comme des associations par exemple. De la même manière, aucune invitation de tout ressortissant de ces pays ne doit être lancée. À compter de ce jour, la France ne délivre plus de visas pour les ressortissants de ces trois pays sans aucune exception, et ce, jusqu’à nouvel ordre. »

À lire aussi Niger : haro sur la France

Aucune déprogrammation d’artiste

Dans un communiqué, les syndicats Syndeac, Accn, A-CDCN, ACDN et ASN expliquent dans un communiqué français que ce message est « totalement inédit » et que « cette interdiction totale concernant trois pays traversés par des crises en effet très graves n’a évidemment aucun sens d’un point de vue artistique et constitue une erreur majeure d’un point de vue politique.

« C’est tout le contraire qu’il convient de faire. Cette politique de l’interdiction de la circulation des artistes et de leurs œuvres n’a jamais prévalu dans aucune autre crise internationale,...


Lire la suite sur ParisMatch