Assemblée nationale : ambiance explosive au sujet des violences faites aux femmes

La députée Aurore Bergé (Renaissance) a dénoncé dans une question au gouvernement les "hommes qui frappent leur femmes", dans une allusion claire au député Adrien Quatennens , dont le groupe LFI a vertement répliqué, une de ses membres recevant un rappel à l'ordre. Citant des exemples de femmes victimes de violences par leur compagnon et pour qui "tout a commencé par une gifle", la présidente du groupe Renaissance a demandé aux victimes : "Dès que vous recevez une gifle, allez porter plainte. Il ne faut pas avoir peur".

Des allusions aux premières réactions de députés LFI et de Mélenchon

Elle a enchaîné par une allusion explicite aux premières réactions de députés LFI et de Jean-Luc Mélenchon à l'affaire Adrien Quatennens, qui a reconnu avoir giflé sa femme, et qui fait l'objet d'une plainte déposée par cette dernière . "Depuis plusieurs semaines on loue la vertu de celui qui reconnaît des faits de violences conjugales, on entend ceux qui parlent de leur affection pour un homme qui frappe sa femme", a-t-elle tancé.

>> LIRE AUSSI«Une gifle n'est pas égale à un homme qui bat sa femme» : la phrase de Bompard qui ne passe pas

 

"On jette en fait des dizaines d'années de combat de nos associations qui ont permis aux victimes d'être accompagnées par la seule voix qui peut mettre un terme à leur souffrance, la voix judiciaire", a poursuivi la présidente de groupe.

Sandrine Rousseau répond par un signe féministe

Si des députés de la majorité ont applaudi, son intervention a f...


Lire la suite sur Europe1