Association France Alzheimer, au plus près des malades et des aidants

1979, aux États-Unis. L’industriel américain Jerry Howard Stone, dont l’épouse est atteinte de la maladie, crée l’association ADRDA (aujourd'hui Alzheimer's Association) dans le but de fédérer les personnes touchées par cette pathologie. Quatre ans plus tard, René Gonon et Françoise Forette, alors chef de service dans un hôpital de long séjour à Paris, se rapprochent de lui. France Alzheimer voit le jour. "À cette époque, on ne parlait pas de la maladie dans les médias et les solutions pour les patients étaient quasi inexistantes", raconte Brigitte, 72 ans, qui rejoint l’association en 1988, comme assistante sociale. Une fois à la retraite, elle continue d'y passer ses journées, en tant que bénévole cette fois. "Je vois cet engagement comme un prolongement de mon métier qui me maintient en forme intellectuellement et m’oblige à me tenir au courant des évolutions de la législation dans le domaine de la santé." Brigitte reconnaît aussi tirer une grande satisfaction du soutien apporté aux adhérents, avec lesquels elle a tissé des liens d’amitié au fil des années.

Jacques, habitant d’une commune du Val-d’Oise, est l’un d’eux. La maladie a frappé son épouse Michèle il y a trois ans. « L’une des bénévoles de l’association m’a contacté pour me présenter les différentes actions menées et les soutiens qui pouvaient nous être apportés », explique le kinésithérapeute à la retraite. Différents dispositifs sont mis en place pour soutenir les personnes malades, entretenir leurs capacités, mais aussi pour accompagner leur entourage : cafés mémoire, haltes relais, groupes de parole, ateliers à médiation artistique, de stimulation cognitive… Bien que cela ne soit pas le rôle des bénévoles, « ils viennent aussi parfois chez moi, afin que je puisse m’absenter le temps d’une course », précise Jacques. Un petit geste mais qui lui permet de garder sa femme près de lui, chez eux.

Selon Brigitte, le nombre d’adhérents (environ 20 000) demeure faible par rapport au nombre de malades estimés à

(...) Cliquez ici pour voir la suite