Assurance scolaire : 4 questions à se poser avant de souscrire

Même son de cloche à chaque rentrée scolaire. “Avez-vous souscrit à une assurance scolaire pour vos enfants ?" demandent les maîtresses dès la première heure. Les enfants dont les parents l’ont fait en avance leur apportent fièrement leur preuve de souscription. Les autres, honteux, pressent leurs parents de remplir les démarches dès leur retour de classe. Mais nombreux seront ceux qui ne le feront ni cette année, ni celles à venir. Alors faut-il ou non souscrire à une assurance scolaire ? Elle n’est pas obligatoire - contrairement à d'autres (habitation, voiture...)- mais fortement conseillée par les établissements scolaires. Voici les bonnes questions à vous poser en tant que parent et les arguments de Ralph Ruimy, co-fondateur de la compagnie d’assurance Acheel, pour vous décider.

L’assurance scolaire est une double garantie. D’une part, elle a un effet de “responsabilité civile dans le cas où l’enfant assuré cause des dommages à autrui”, explique Ralph Ruimy. D’autre part, elle sert de “garantie corporelle, dans le cas où il arrive quelque chose à l’enfant assuré”. Comme toute assurance, elle est payante et donne droit à une indemnisation en cas de sinistre. N’étant pas obligatoire légalement, certains parents font le choix de ne pas y souscrire. “Pourtant on sait que les enfants ont beaucoup de chances de se casser quelque chose ou d’abîmer du matériel”, s’amuse l’assureur. Ainsi, “en cas de problème, c’est aux parents de rembourser ce que leur enfant a abîmé et de payer les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite