Astrologie : pourquoi un tel attrait ?

·2 min de lecture

Les chefs d’État consultent des astrologues depuis des siècles. L’empereur romain Tibère avait ses augures attitrés. La reine Catherine de Médicis, elle, interrogeait à l’envi des mages et alchimistes dont Nostradamus, la star de l’époque. Tandis que le président américain Ronald Reagan, après avoir échappé à une tentative d’assassinat, a confié l’élaboration de ses agendas à des spécialistes des astres. François Mitterrand, quant à lui, n’a jamais fait mystère de ses liens avec l’astrologue Élizabeth Teissier. Et même si la loi l’interdit, de nombreux recruteurs s’appuient sur les signes du zodiaque pour trancher entre deux candidats, au motif qu’un Scorpion sera plus susceptible qu’un Sagittaire (ou vice versa) de s’intégrer à l’équipe concernée.

Normal que nous soyons nous aussi – simples mortelles ! – friandes des lumières que peuvent nous apporter les pros du ciel. Certes, nos questionnements autour de nos affaires de cœur, de notre boulot ou de notre santé (ce sont les trois gros dossiers sur lesquels nous les sollicitons le plus souvent) n’engagent pas le destin d’un pays ou d’une entreprise. Mais le nôtre, oui !

Quand nous lisons notre horoscope ou faisons établir notre thème astral, nous voulons avant tout du réconfort, entendre que tout ira bien. Quoi d’étonnant lorsque le monde nous apparaît comme terriblement complexe et l’avenir, anxiogène ? Pour mieux cerner les motivations des adeptes des oracles, le psychologue Graham Tyson a demandé à deux astrologues de distribuer des questionnaires à ceux qui les consultent. Lesquels ont répondu pour la plupart qu’ils cherchaient un moyen de faire face à un stress élevé à ce moment précis de leur existence. Et ce, même s’ils ne « croyaient » pas à l’astrologie. Stress souvent lié à un problème relationnel ou à des difficultés dans leur vie sociale. Selon le psy, le recours à l’astrologie serait donc un mécanisme d’adaptation en cas de (petit ou gros) pépin existentiel.

Cette même étude de Graham Tyson a établi une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite