Cocotte en fonte : comment éviter à vos aliments d'attacher ?

En automne ou en hiver, rien de tel que de bons petits plats mijotés pour nous réchauffer. Pour réaliser ces recettes réconfortantes, la cocotte en fonte est idéale ! Elle permet en effet de braiser et de bouillir longuement les ingrédients. Vous vous êtes aperçue lors de la préparation de votre dernier boeuf bourguignon que les aliments accrochaient à votre cocotte ? Sachez qu'au fil des utilisations, il arrive que l'émaille du fond de nos cocottes s'abîme. Nos aliments collent alors à la fonte et finissent par brûler. Si vous ne remarquez aucun signe d'usure, c'est sûrement que votre feu est réglé trop fort. Si votre cocotte n'est pas émaillée, il est peut-être temps de la culotter !

Comment culotter une cocotte en fonte non émaillée ?

Pour que les aliments n'attachent pas à la fonte de votre cocotte non-émaillée, celle-ci nécessite un entretien spécifique : le culottage. Si cette opération n'a pas été effectuée lors de sa fabrication, vous devrez la réaliser vous-même avant de l'utiliser. Pour cela, commencez par tapisser l'intérieur de votre cocotte avec une petite quantité d'huile d'arachide avant de la faire chauffer (ne dépassez pas les 150°C). Au bout de quelques minutes, arrêtez le feu et faites refroidir votre cocotte. Lorsque l'huile est à température ambiante épongez l'excédant. Si vous réalisez ce traitement pour la première fois, réitérez l'opération trois fois. La couche de graisse va ainsi protéger la surface et la rendre plus lisse. Le culottage doit-être réalisé tous les 4 mois environ. Pour ne pas retirer cette couche protectrice, il est conseillé de ne pas utiliser trop de savon et de ne pas passer votre cocotte au lave-vaisselle. Pensez enfin à bien sécher votre cocotte après-lavage pour éviter qu'elle ne rouille.

Faut-il culotter une cocotte en fonte émaillée ?

Vous venez d'acheter une cocotte Staub ou Le Creuset ? Bonne nouvelle elles sont déjà culottées ! Nul besoin donc de réaliser ce traitement avant la première utilisation. Mais sachez qu'il

(...) Cliquez ici pour voir la suite