Atteint d'illettrisme, Kendji Girac veut briser le tabou

Abaca
Abaca

Pour sa première expérience en tant qu'acteur, le chanteur Kendji Girac voulait "un sujet important, sociétal, qui peut aider d'autres gens." Et il a fini par trouver son bonheur. Car dans le téléfilm Champion, diffusé ce 5 septembre sur TF1, il incarne Zack, un jeune charpentier qui s'idole parce qu'il rencontre des difficultés à lire et à écrire. Un sujet que le musicien connaît bien, puisqu'il a lui-même connu l'illettrisme.

"J'avais eu surtout des difficultés à écrire", confie au Parisien Kendji Girac, issu de la communauté gitane et a passé beaucoup de temps à voyager avec sa famille pendant son enfance. "Lire, je l'ai appris à l'école, mais je ne savais pas écrire comme une personne qui a eu un parcours scolaire classique. Je faisais beaucoup de fautes d'orthographe, j'écrivais en phonétique, en fait. À l'époque, je n'éprouvais pas de la honte, plus de la gêne. Je ne pratiquais pas beaucoup, à part pour envoyer des textos. Et puis, je me suis dit un jour : C'est bon, je ne peux pas rester comme ça. J'aime bien faire les choses bien. J'ai voulu apprendre."

Une problématique qui a même rattrapé le chanteur lorsqu'il a signé son contrat son premier contrat chez Universal, après avoir remporté The Voice à 17 ans en 2014. Kendji se rappelle avec sincérité de cet épisode qui l'a fait "complètement paniquer."

"Je devais simplement mettre la mention 'je soussigné Kendji Girac'... Et ça a été comme écrire un livre entier. Du coup, je...

Lire la suite


À lire aussi

"Pas envie ce soir", le livre qui brise (enfin) le tabou du viol conjugal
"Mon fils, ce petit guerrier" : cette mère veut briser le tabou de la prématurité
"Vous êtes de sang bleu !" : une série de photos kitsch brise le tabou des règles