Attention aux arnaques, n’achetez pas ces produits en vrac, ils sont vendus jusqu’à 80 % plus chers

·1 min de lecture

Les produits en vrac ont le vent en poupe. Mais sont-ils vraiment intéressants pour notre porte-monnaie ? "60 millions de consommateurs" a mené l’enquête et les résultats sont édifiants.

C’est un marché qui n’a de cesse de s’emballer… Alors que son chiffre d’affaires pesait à peine 100 millions d’euros en 2013, le vrac atteint désormais 1,3 milliard, selon une étude de réseau Vrac et de l’institut Nielsen*. Et ce n’est pas fini au regard des prévisions des spécialistes. Aujourd’hui, près de 37 % des foyers achètent des produits non emballés et ce ne sont pas que les « bobos » parisiens. Toujours selon cette étude, les amateurs vivent principalement seuls et habitent en zone rurale ou dans des villes de moins de 20 000 habitants. Leur principale motivation ? Faire des économies pour 37 % des sondés. Les raisons écologiques n’arrivant que loin derrière (22 %).

Des relevés de prix dans 500 magasins

Mais le vrac permet-il vraiment d’alléger sa facture au moment du passage en caisse ? C’est la question que s’est posée 60 millions de consommateurs dans son numéro de décembre. Pour y répondre, le magazine spécialisé dans la consommation a demandé à des enquêteurs professionnels d’effectuer des relevés de prix dans plus de 500 magasins en France : hypermarchés, supermarchés, magasins bio, épiceries spécialisées dans le vrac. Au total, huit produits courants ont été passés au crible, comme les amandes, les lentilles vertes, le sucre cristal, le riz long blanc, le vinaigre de vin ou l’huile d’olive. 

Les produits en vrac restent moins chers dans l'ensemble

Premier constat : les...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Ecologique et économique, le vrac se développe de plus en plus

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles