Au coeur des stations, elles font vivre la montagne

Inutile de savoir skier pour découvrir la montagne l'hiver. D'ailleurs, seuls 13% des Français déclarent faire du ski et 8% dévalent les pistes au moins une fois tous les deux ans*. Entre l'équipement et les forfaits des remontées mécaniques, le budget fond rapidement. En outre, les effets du changement climatique ont changé la donne. La neige ne tombe plus en quantité suffisante, voire plus du tout. Selon les scientifiques, les stations de moyenne montagne - 1300m d'altitude - sont les premières concernées par ces aléas. Message reçu. La plupart des stations françaises ont développé des activités nouvelles, pour pallier le manque de neige et proposer aux vacanciers une offre diversifiée, plus respectueuse de l'environnement et plus économique que le ski alpin. Luge, sorties en raquette, ski nordique, ski attelé équestre, les balades en chien de traineaux, plongée sous glace...De quoi attirer de nouveaux publics, notamment des seniors, pour que la montagne ne soit plus considérée comme un lieu de villégiature pour privilégiés. *Credoc, Observatoire des inégalités, 2010

« Quel plaisir de travailler au grand air! »: Ludmilla, 43 ans, accompagnatrice en montagne à La Feclaz (73)

D’origine normande, je suis tombée amoureuse des sommets à l’adolescence. Ancienne fonctionnaire, j’entame ma 7ème année à la montagne. De décembre à mars, j’encadre des sorties en raquettes en petit groupe. Ce qui me plaît ? Faire découvrir la faune et la flore, apprendre à apprécier le silence. J’en profite pour sensibiliser sur la préservation de l’environnement. Mes moments préférés sont les sorties en nocturne, équipés de lampes frontales allumées le plus tard possible pour s’habituer à l’obscurité. On termine par un apéro au coin du feu, au milieu des sapins ! J’adore le contact avec mes clients, qui reviennent souvent d’une année à l’autre. Être au grand air est un plaisir, mais c’est très fatiguant, surtout que je travaille 7/7 l’hiver. Etant mon propre patron*, je dois aussi m’occuper de

(...) Cliquez ici pour voir la suite