Au Japon, le papier toilette est utilisé pour prévenir le suicide chez les jeunes

Pexels

Une belle initiative en faveur de la santé mentale. Afin de lutter contre le suicide chez les jeunes, le Japon vient de trouver une idée originale : se servir… du papier toilette. En effet, comme l’a rapporté le HuffPost, ce lundi 21 novembre, les universités du département de Yamanashi, situé à l’ouest de Tokyo, ont imprimé des messages de prévention sur leurs rouleaux de papier hygiénique, invitant les étudiant‧es à se battre contre les pensées suicidaires. "Cher toi, qui passes des jours difficiles en prétendant que tout va bien", ou encore "Tu n’as pas besoin de tout nous raconter… Mais pourquoi pas juste un petit peu ?" peut-on par exemple lire.

Ces messages, inscrits en lettres bleues sur du papier blanc, ont, selon nos confrères, été rédigés par un spécialiste de la santé mentale. Ils sont accompagnés du numéro de téléphone d’une ligne d’écoute dédiée à la prévention contre le suicide, ainsi que d’images positives et apaisantes, telles que des représentations de chats roulés en boule. Les responsables du département de Yamanashi ont distribué 6 000 rouleaux de ce type dans douze universités locales, rien qu’au mois d’octobre. "Vous êtes seul dans les toilettes. Nous sentions que c'est dans de tels moments que des pensées angoissantes peuvent vous venir à l’esprit", a expliqué à l'AFP Kenichi Miyazawa, l’un des instigateurs de ce nouvel outil de prévention.

Si cette initiative a vu le jour dans ces universités japonaises, ce n’est pas sans raison. Effectivement, dans le pays, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Violences économiques : l’association Solidarité Femmes crée une campagne choc pour alerter le grand public
Tinder s’associe au Gouvernement pour faire de la prévention contre les violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : comment réduire les coûts des procédures juridiques pour les victimes ?
Protection de l'enfance : quelles sont les nouvelles mesures pour lutter contre les violences sur mineurs ?
Les femmes souffrant d’endométriose, cibles de choix des gourous