Au Royaume-Uni, Tinder vous aide à recouvrir le tatouage moche que vous avez fait pour votre ex

Signe de l’infini, prénom de son ex ou tatouages en rapport avec notre film préféré, il y a des tatouages que l’on finit par regretter. En France, 14 % de la population serait tatouée, selon un sondage IFOP de 2017. Moins que nos voisins britanniques, puisque les personnes tatouées représenteraient 40 % de la population, selon une étude. Et nombreux doivent être ceux qui ont des regrets, puisque de l’autre côté de la Manche, l’application de rencontre Tinder a mis en place une opération pour le moins particulière…

Afin de ne pas ressasser le passé et regretter ses choix amoureux – et esthétiques – douteux, Tinder UK s’est approprié un studio de tatouage, comme le rapporte le Huffington Post UK. L’idée ? Permettre aux personnes dont le tatouage a duré plus longtemps que la relation de modifier ou recouvrir un tatouage qu’ils regrettent, pour aller de l’avant et, éventuellement, rencontrer l’amour.

Sur le même sujet ⋙ Les savoirs inutiles : Spécial tatouagesLes tatouages pourront bientôt nous alerter sur notre état de santé

“60 % des célibataires ont envisagé de se faire un tatouage en rapport avec la personne avec laquelle iels sortaient”, explique Tinder. Pire encore, “près de la moitié des jeunes célibataires (48 %) regrette un tatouage qui leur rappelle une relation passée”, continuent-ils. S’ils sont aujourd’hui de plus en plus démocratisés et ne sont plus seulement réservés aux marins, les tatouages sont vus par les plus jeunes générations comme une forme d’expression artistique, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici le nombre d'e-mails que l'on reçoit chaque semaine : gare à l'infobésité
Agressions sexuelles : la chanteuse Cassie porte plainte contre son ex-compagnon Sean Combs, alias Puff Daddy
P!nk distribue des milliers de livres censurés par la Floride lors de ses concerts à Miami et à Sunrise
Au Royaume-Uni, la chaîne McDonald's reçoit "une à deux" accusations de harcèlement sexuel par semaine
Près de la moitié des employés pensent que l'université les a mal préparés à la vie professionnelle