Au Tchad, les femmes menacées d'amende si elles refusent une demande en mariage

Adobe Stock
Adobe Stock

La pratique s'intitule "Amchilini", informe Courrier International, et signifie "choisis-moi" en français. Son concept : que tout homme ou femme demandé en mariage écope d'une amende en cas de refus. Une mesure mise en place sous l'égique du conseil supérieur des affaires islamiques de la ville de Mangalmé, par les chefs coutumiers et religieux de la région centrale du Guéra, précise encore le média. Et dont le but est simple : "encourager les jeunes à se marier" et lutter contre la "débauche", décrypte à son tour le site de la BBC.

Tout un programme... dont les conséquences ne sont pas les mêmes selon si le refus vient d'un homme ou d'une femme.

Ainsi, si une Tchadienne n'accepte pas une proposition, elle devra s'acquitter d'un montant allant de 15 000 à 25 000 francs CFA (entre 23 et 38 euros). "Une somme considérable, compte tenu de la situation économique du pays", souligne Courrier International. Les hommes récalcitrants en revanche, ne seront tenus de payer "que" 10 000 francs CFA (15 euros). Une différence qui, au-delà du principe en lui-même, a suscité une indignation certaine. A noter par ailleurs, qu'en cas de défaut de paiement, la prison est à risquer pour tou·te·s.

"Une pression psychologique"

"C'est une pression psychologique en ce sens-là que lorsque la personne n'aura pas les moyens, elle sera obligée d'accepter. Il faut qu'on...

Lire la suite


À lire aussi

Deux hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme
72% des femmes "ne pensent pas demander" d'augmentation à cause de la crise du Covid
Meghan Markle met en avant 15 femmes inspirantes dans le "Vogue UK"