"Au temps pour moi" ou "autant pour moi", deux orthographes pour deux significations

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Mardi, l'animateur nous explique, une bonne fois pour toutes, l'orthographe et l'origines de l'expression "au temps pour moi" (ou "autant pour moi").

C'est une expression usuelle lorsque l'on reconnaît avoir fait une erreur : "au temps pour moi". Mais, parce qu'on l'utilise bien pour souvent à l'oral qu'à l'écrit, on imagine parfois qu'elle s'écrit "autant pour moi". De fait, un débat existe entre les linguistes. Car, comme pour l'œuf et la poule, tout est ici question d'origine.

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

"Au temps pour moi" vient de l'expression militaire "au temps". Dans les mouvements de régiments, beaucoup de manœuvres doivent être synchronisées, les chants et les marches se doivent de partir en même temps. Quand le gradé crie "au temps", cela signifie qu’on reprend le mouvement depuis le début, et si possible au temps. On trouve d'ailleurs un équivalent à l'étranger 

"Autant pour moi", pas vraiment une faute 

Mais on trouve aussi, dès 1640, trace de "autant pour moi" dans l'expression "autant pour le brodeur". Elle signifiait alors que l'on se moquait de soi-même après avoir commis une erreur. La formule disparaît ensuite pour revenir au début du 20ème siècle, afin de dire : "Je suis comme vous, je fais autant d’...


Lire la suite sur Europe1