Au Texas, une mobilisation massive contre l’exécution de Melissa Lucio

·1 min de lecture

Cette femme, qui doit être exécutée fin avril pour le meurtre de sa fille après un procès expéditif et à charge, jouit d’un soutien de plus en plus grand qui pourrait suspendre la décision.

La mobilisation grandit au point de dépasser les frontières. La Texane Melissa Lucio, qui avait été condamnée sans preuve en 2008 pour le meurtre de sa fille, doit être exécutée le 27 avril. Mais les milliers de lettres de soutien qu’elle reçoit dans la prison où elle est incarcérée à Gatesville, près d’Austin, sont en train de faire d’elle un symbole de la lutte contre la peine de mort et les errements de la justice du Texas.

À lire aussi >> Tania de Montaigne : "À l'imperfection, nulle mère n'est tenue"

Procureur général corrompu

Au moment des faits, le procureur général de cet État conservateur, Armando Villalobos, briguait sa réélection. Tandis que certains comtés restaient favorables à une politique de « tolérance zéro », la mise en accusation de Melissa Lucio paraissait toute trouvée : elle constituerait même un argument de campagne. Mieux, la femme serait l’une des premières personnes latinos à être condamnée à la peine capitale dans l’histoire récente, et il serait aisé de donner d’elle une image de « monstre infanticide », comme le rappelle Libération. Armando Villalobos serait pourtant condamné, quelques mois plus tard, à treize ans de prison, accablé par un scandale de corruption.

Le documentaire « L’État du Texas contre Melissa », sorti aux États-Unis en avril 2021, a servi à mettre la lumière sur l’histoire trouble de cette femme, mère de quatorze enfants, victime de violences dès son plus...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles