Au travail aussi, apprenez à poser vos limites et à dire “non” !

Dans sa vie personnelle, apprendre à poser des limites peut-être compliqué. Et dans sa vie professionnelle, ça l’est tout autant. Pourtant, dès son premier jour dans un nouveau travail, il faudrait pouvoir être capable de dire “non” et d’imposer ses limites, explique Stylist. Difficile de faire bonne impression et de voir sa période d’essai validée si on refuse tout, certes. Pourtant, faire bonne impression n'exige pas de tout accepter. D'une part parce que le faire vous mettra en réalité des bâtons dans les roues, d'autre part parce que se faire respecter est aussi une garantie de durer.

En disant oui à tout, on cumule une charge de travail et une charge mentale qui ne sont pas forcément nécessaires. Apprendre à demander des explications, voire à dire “non”, expliquer pourquoi certaines missions ne rentrent pas dans notre fiche de poste ou nécessitent plus de temps (ou une réorganisation) permet de garantir un épanouissement professionnel qui ne soit pas au sacrifice de sa vie personnelle ni de sa santé mentale.

Sur le même sujet ⋙ Un trop-plein de travail ? Savoir dire non à son boss Comment poser ses limites au travail sans se faire mal voir ?

Que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle, si on décide d’imposer ses limites en cours de relation, celles-ci demandent un ajustement parfois difficile. Imposer ses limites lorsque l’on commence un nouveau travail permet de démarrer sur des bases saines. Et cette nouvelle version de soi, qui dit non quand il le faut et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Récompensé au concours Lépine, ce nouveau système pourrait révolutionner l'utilisation des fauteuils roulants
Prison : la contrôleuse générale dénonce la surpopulation carcérale en France et blâme "l’inertie" de l’État
Travail : voici les 4 types de compétences qui seront les plus prisées par les recruteurs en 2025
Euthanasie : le Conseil économique, social et environnemental se prononce en faveur de l’aide active à mourir
Enceinte de son deuxième enfant, Serena Williams dénonce le racisme subi par les femmes noires à l’accouchement