Au travail, les femmes peu qualifiées sont les premières concernées par les horaires atypiques

Selon l'Institut national d'études démographiques (Ined), la part des femmes peu qualifiées en horaires atypiques, en particulier le travail habituel le samedi et le dimanche, a largement progressé entre 2013 et 2019, alors qu’elle a diminué pour les cadres.

Elles sont caissières, agents d’entretien ou femmes de chambre et sont de plus en plus exposées au travail en horaires atypiques. Non seulement tôt le matin, tard le soir et la nuit, mais aussi le week-end.

C’est ce que constate la dernière étude menée par l'Institut national d'études démographiques (Ined) et dévoilée ce mercredi 27 avril. Réalisée à partir des enquêtes « Conditions de travail » de la Dares, elle souligne que la part des ouvrières non qualifiées travaillant en horaires atypiques a augmenté de 11 % entre 2013 et 2019, tandis que celle des femmes cadres a diminué de 23 % sur la même période. « Chez les hommes, la polarisation sociale est moins marquée. La partes des cadres diminue de 14 % tandis que celle des ouvriers non qualifiés stagne », constate aussi l'étude.

36 % des salariés travaillent en horaires atypiques

Comment expliquer que l’écart se soit autant creusé entre cadres et ouvriers ? « D'un côté, les politiques de conciliation du travail et de la famille dans les grandes entreprises ont pu contribuer à améliorer les conditions de travail des plus qualifiées (...). De l'autre, les femmes peu qualifiées sont surreprésentées dans les métiers du commerce où le travail dominical a progressé (vendeuse, agent de nettoyage...) ainsi que dans les métiers des services à la personne (aide-soignante, aide à domicile, aide-ménagère), où les horaires atypiques sont structurels », explique l'étude.

Lire...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles