Au travail, une lesbienne sur deux a déjà été victime de discrimination

Selon une étude Ifop pour l’association l’Autre Cercle, plus d’une femme lesbienne ou bisexuelle sur deux a déjà subi au moins une discrimination ou une agression sur son lieu de travail au cours de sa carrière.

Les personnes LGBTQIA+ ont beau être de plus en plus visibles et représentées dans notre société, la lesbophobie et la biphobie de certains milieux professionnels restent tenaces.

C’est ce que révèle une enquête réalisée par l’association l’Autre Cercle, en partenariat avec l’Ifop. Menée auprès d’un échantillon de 1 402 femmes lesbiennes ou bisexuelles résidant en France et exerçant une activité professionnelle, cette nouvelle enquête met en lumière le poids que doivent subir au travail les femmes lesbiennes et bisexuelles, contraintes de taire leur orientation sexuelle pour ne pas être victime de moqueries, de remarques désobligeantes ou de discrimination de la part de leurs collègues et collaborateurs.

Lire aussi >> 59 % des homosexuelles subissent la lesbophobie

Une lesbophobie très prégnante au travail

Car certains secteurs d’activité peuvent s’avérer particulièrement toxiques pour les femmes ouvertement lesbiennes ou bisexuelles. Si 53 % des sondées confessent ainsi avoir déjà subi une discrimination ou une agression au travail, ce pourcentage augmente fortement pour celles évoluant dans des secteurs masculinisés : elles sont 57 % à avoir été discriminées ou agressées dans l’industrie, 58 % dans le secteur des transports. Outre les femmes travaillant dans des secteurs peu féminisés, celles qui sont issues des catégories populaires sont plus confrontées aux discriminations et agressions. C’est le cas de 59...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Déclic - Mélissa, 29 ans : "Les gens pensaient qu’on était lesbiennes, les profs me disaient que j’allais brûler en enfer"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles