Audrey Fleurot : “Le mouvement #MeToo m’a fascinée”

·1 min de lecture

Audrey Fleurot fait en ce moment la promotion de la nouvelle série de TF1, Mensonges. Elle s’est exprimée dans les colonnes de Paris Match au sujet du feuilleton, qui parle de violences sexuelles faites aux femmes. La comédienne revient également sur son expérience en tant que femme.

Audrey Fleurot enchaîne les contrats. La star du petit écran a tourné dans Engrenages, Le Bazar de la charité, mais aussi HPI... La voici dans la nouvelle série Mensonges qui va bientôt débuter sur TF1. C’est l’histoire d’une jeune femme, Jeanne (une professeure de philosophie), qui sort en rendez-vous galant avec Thomas (chirurgien et père de l’un de ses élèves). La soirée se déroule plutôt bien, mais le lendemain, Jeanne se réveille dans un mauvais état. Elle ne se souvient de sa nuit passée que par bribes. Elle pense qu’elle a été violée. Jeanne accuse Thomas d’avoir abusé d’elle, tandis que celui-ci affirme qu’il est innocent. Ce thriller est composé de six épisodes de 52 minutes et fait largement écho à notre société actuelle. Audrey Fleurot a eu une prise de conscience assez tôt, comme de nombreuses autres femmes. "Le mouvement #MeToo m'a fascinée, parce que beaucoup d'hommes ont réalisé ce que toutes les femmes savent, mais n'avaient jamais dit : quand tu es une fille, tu te fais tout le temps agresser. Et tu dois trouver des parades" raconte l’actrice à Paris Match.


Dans sa jeunesse, Audrey Fleurot en a fait l’expérience. "Plus jeune, quand je rentrais le soir, je changeais mes talons pour des baskets, j'attachais mes cheveux, je mettais une capuche", se rappelle la star qui continue en disant : "J'ai commencé à faire du scooter à 20 ans parce que je n'en pouvais plus de me faire importuner dans le...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles