Audrey Pulvar et Gérald Darmanin : menaces, tensions et accalmie sur fond de campagne des élections régionales

·1 min de lecture

Le calme après la tempête. Le week-end aura permis à chacun de retrouver ses esprits après la tension des derniers jours. Tout est parti d'un commentaire d'Audrey Pulvar, commentant la présence du ministre de l'Intérieur à la manifestation organisée par les syndicats de policiers, le 19 mai dernier, devant l'Assemblée Nationale. Interrogée sur son absence à ce rassemblement auquel plusieurs responsables politiques ont participé, la candidate socialiste a répondu, au micro de France Info : "La colère des policiers est légitime, mais qu'elle s'exprime de cette façon devant l'Assemblée nationale avec un ministre de l'Intérieur (...) pour faire pression sur son collègue de la Justice, je trouve cela extrêmement inquiétant et je ne souhaitais pas y participer". Affirmant par ailleurs "évidemment" soutenir les policiers, l'ancienne journaliste dit avoir trouvé "l'image assez glaçante".

A quelques semaines des élections régionales, tous les coups sont permis. Rien d'étonnant donc à ce que Pierre Liscia, porte-parole de Soyons libre (mouvement créé par Valérie Pécresse, adversaire d'Audrey Pulvar en Ile-de-France) ait ressorti une ancienne vidéo de la candidate socialiste, après l'assassinat de Georges Floyd aux Etats-Unis où elle évoquait le racisme dans la police et dénonçait les violences policières. Dimanche 23 mai au soir, le ministre de l'Intérieur annonçait, sur son compte Twitter, porter plainte pour diffamation contre la candidate.

Il s'agit d'une plainte pour "diffamation" qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite