Publicité

Avant la réunion avec les chefs de partis, Emmanuel Macron a appelé Jordan Bardella

Un coup de fil pour arrondir les angles. Emmanuel Macron a décroché son téléphone jeudi dernier pour joindre Jordan Bardella, d'après des informations de BFMTV.

Au menu de cet échange d'une quinzaine de minutes: "l'initiative d'ampleur" souhaitée par le chef de l'État qui prendra la forme d'une réunion ce mercredi à l'école de la Légion d'honneur de Saint-Denis avec toutes les forces politiques du Parlement.

Mettre du liant avec le RN

Tout un symbole pour le patron du Rassemblement national Jordan Bardella qui a passé les épreuves du baccalauréat dans la prestigieuse institution, comme le rappelle Le Parisien. Ce raout devrait permettre d'aborder de nombreux sujets, du pouvoir d'achat à la crise au Niger en passant par l'école. Le président a même fait miroiter la possibilité d'organiser des référendums.

De quoi espérer tenter faire redescendre la pression à 3 semaines du retour des députés à l'Assemblée nationale et de futurs débats budgétaires à l'automne qui s'annoncent chaotiques, majorité relative oblige.

La manœuvre a également l'avantage de faire preuve de tact avec le mouvement - l'Élysée ne souhaitait pas dans un premier temps inviter le RN, pas plus que La France insoumise.

Un référendum sur l'immigration très peu probable

Le président du parti d'extrême-droite a profité de cet échange avec le locataire de l'Élysée pour pousser l'idée d'un référendum sur l'immigration et la sécurité. Le député européen a ainsi détaillé à Emmanuel Macron sa tournée des commissariats après les émeutes pour le convaincre.

L'option d'une grande consultation sur l'immigration reste cependant très hypothétique. En dépit de la frilosité d'Élisabeth Borne et après de nombreux soubresauts, le projet de loi immigration devrait être présenté à l'Assemblée nationale dans les prochains mois.

Le groupe de Marine Le Pen au Palais-Bourbon peut cependant compter sur la demande du numéro 1 des Républicains, Éric Ciotti, qui va pousser la même idée ce mercredi autour de la table.

Seconde demande du bras droit de l'ex-candidate à la présidentielle: un référendum sur le pouvoir d'achat. Le RN, qui avait fait de la lutte contre l'inflation l'un de ses piliers de campagne en 2022, pourrait pousser à nouveau l'une de ses principales propositions : la suppression temporaire de la TVA sur 100 produits de première nécessité.

"Un échange sérieux"

Jusqu'à présent, l'exécutif a toujours balayé d'un revers de la main cette idée. "Nous ne la reprendrons jamais parce que les consommateurs n'en verraient jamais la couleur. Les distributeurs récupéreraient la marge", avait jugé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire sur LCI en avril 2022.

"C'était un échange sérieux", juge cependant un proche de Jordan Bardella.

Le geste du président, qui a dû d'abord tomber sur la messagerie du président du RN qui n'avait pas jusqu'ici le numéro direct d'Emmanuel Macron, a eu d'autant plus de force que d'autres n'ont pas été appelés.

Joints par BFMTV, le coordinateur national de La France insoumise Manuel Bompard et le patron des communistes Fabien Roussel ont ainsi indiqué ne pas avoir été contactés par le chef de l'État. Pas sûr que la réunion de mercredi aplanisse les angles: la Nupes a annoncé vouloir boycotter le dîner qui suivra.

Article original publié sur BFMTV.com