AVC : les gestes à connaître absolument pour réagir vite

AVC : les symptômes qu'il faut savoir repérer

Les manifestations physiques ne sont pas les mêmes selon la région du cerveau impactée par l’AVC. Elles surgissent souvent subitement et peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures. Les signes les plus fréquents : une paralysie ou un engourdissement d’un côté du corps, d’un bras, d’une jambe ou du visage, une difficulté soudaine à s’exprimer et à se faire comprendre, une perte totale ou partielle de la vision d’un œil ou des troubles inopinés de l’équilibre. Un mal de tête très violent et inhabituel peut également survenir suite à la rupture ou à l’obturation d’un vaisseau cérébral, à l’origine de l’AVC.

Les bons réflexes à adopter en cas d'accident vasculaire cérébral (AVC)

35% des Français n’ont pas une réaction adéquate en cas d’accident vasculaire cérébral, qu’il s’agisse d’eux-mêmes ou d’un de leur proche, selon un sondage Odoxa. Attention à ne pas perdre de temps, chaque minute compte.

Une suspicion d’AVC est une urgence médicale. "Il faut immédiatement appeler le 15, même si les symptômes se sont estompés ou ont disparus, conseille le Dr Loïc Etienne, médecin urgentiste. Il peut s’agir d’une alerte – un accident ischémique transitoire – susceptible de précéder un véritable AVC". En cas de difficultés à parler si vous êtes seul, contactez le 114 depuis un ordinateur ou un smartphone (numéro national pour les personnes sourdes et malentendantes). Si vous êtes témoin, en attendant les secours, laissez la victime allongée, la tête inclinée à 30 degrés. Ne lui donnez ni à boire ni à manger. Contrôlez son pouls ainsi que sa respiration : comptez le nombre d’inspirations et d’expirations par minute. Ces informations seront précieuses pour l’équipe médicale de secours. AVC : des traitements plus efficaces

La mise en place de 139 unités neuro-vasculaires, au sein des grands hôpitaux français, a permis d’améliorer considérablement la prise en charge des "attaques cérébrales". Le temps d’intervention et les complications

(...) Cliquez ici pour voir la suite