AVC : pourquoi il faut dîner à heure fixe

Et si les plus âgés (et certains de nos voisins) avaient raison ? Dîner tôt est en effet bénéfique pour la santé : plusieurs études l’ont déjà mis en évidence. Espacer de plusieurs heures le dernier repas de la journée et le coucher réduirait le risque cardio-vasculaire, préviendrait le diabète, aiderait à maigrir et diminuerait même le risque de cancer. Un récent essai italien montre aussi que dîner tôt (et léger) permettrait de vivre plus longtemps.

D’autres chercheurs de l’université d’Osaka (Japon) ont établi un lien entre l'heure du dîner et les risques de succomber à un accident vasculaire cérébral hémorragique (une rupture d’une artère, qui représente environ 20 % des AVC) sur un grand nombre de personnes. Ils ont en effet suivi durant dix-neuf ans près de 29 000 hommes et 43 000 femmes, âgés de 40 à 79 ans, sans antécédent d'accident vasculaire cérébral, de maladie coronarienne ou de cancer.

Les participants devaient renseigner l'heure habituelle de leur souper. Ils ont été classés en trois groupes ceux qui dînaient tôt (avant 20 heures), tard (après 20 heures) et ceux qui avaient des horaires de souper irrégulier. Les scientifiques ont ensuite analysé les causes de décès des participants morts pendant le suivi (environ 9 700).

Leurs conclusions, publiées dans la revue Nutrients : l'heure irrégulière du souper était associée à un risque accru d'AVC hémorragique et de mortalité due aux maladies cardio-vasculaires par rapport à ceux qui dînaient à heure fixe (avant ou après (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles