"Avoir le cafard", une expression mélancolique née de l'arabe et de Charles Baudelaire

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Lundi, l'animateur nous explique les racines de l'expression "avoir le cafard", une formule qui exprime la mélancolie, comme le blues du dimanche soir, et que l'on doit à la fois au poète Charles Baudelaire et au vocable religieux de la langue arabe.

Quel est le rapport entre les cafards et la tristesse que l'on ressent quand on "a le cafard" ? Bien que l'insecte rampant ne soit pas connu pour son caractère festif, l'origine de cette expression est un peu plus complexe. À l’origine, le mot "cafard" vient de l'arabe "kafir", qui désignait un mécréant, soit une personne peu croyante. Dans la France du 16e siècle, le mot était d'ailleurs utilisé dans ce sens.

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Sachant que Dieu est lumière, les personnes qui évoluaient dans les ténèbres ont naturellement été surnommés "cafards", tout comme les insectes qui, fourbes, grandissent dans les coins sombres et agissent de façon sournoise. Le verbe "cafarder" venait alors compléter ce portrait péjoratif rattaché à ce mot.

Cafard ou grillons selon la rive du Rhin

Mais c'est Charles Baudelaire qui va en réalité populariser cette analogie entre l'insecte et l'état d'esprit dans la langue courante. Dans Les fleurs du Mal, le poète maudit écrit à propos du dém...


Lire la suite sur Europe1