Avoir trop de temps libre nous rend-il vraiment moins heureux ?

·1 min de lecture

D’après une étude publiée par l’American Psychological Association, avoir trop de temps libre ne rendrait pas plus heureux, au contraire. Décryptage avec l’experte en bonheur, Florence Servan-Schreiber. 

Qui ne se languit pas d’être en vacances après de longues semaines de travail acharné ? Avoir du temps libre semble être le remède à tous nos maux : sans aucun impératif, exit les petits (ou gros) stress de la vie quotidienne. Pourtant, les chercheurs de l’American Psychological Association démontrent dans une étude parue le 9 septembre que trop de temps libre pourrait nuire à la santé. D’après les résultats obtenus auprès de 22 000 Américains, leur bien-être décline après cinq heures disponibles. Se détendre, oui, mais pas trop, conseille Marissa Sharif, à l’origine de l’étude. « Si trop peu de temps est mauvais, avoir plus de temps n'est pas toujours mieux », explique-t-elle. Pour obtenir ces données, les professeurs de la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie ont étudié en détail les journées de repos des participants. Pendant 24 heures, chacun d’entre eux ont renseigné les activités effectuées et le taux de bien-être qu’ils y associaient. Et contre toute attente, le temps libre ne semble pas être synonyme d’épanouissement. Mêmes observations chez un panel de 6 000 personnes sondées en ligne et chez 14 000 travailleurs s’étant portés volontaires entre 1992 et 2008. Mais alors, qu’est-ce qui nous rend heureux ?  

Lire aussi >> Florence Servan Schreiber : l’écriture pour panser l’âme

Faire taire la petite voix 

Selon Florence Servan-Schreiber, spécialiste de la psychologie positive,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles