Avortement : une femme libérée après neuf ans de prison au Salvador

·2 min de lecture

Sara Rogel avait été condamnée en 2012, à une peine de 30 ans de prison après avoir perdu son bébé lors d’une chute accidentelle. Elle a été libérée par les autorités salvadoriennes le 7 juin, après neuf années passées derrière les barreaux. 

La vie de Sara Rogel a basculé en 2012. À 20 ans, la jeune étudiante originaire de Santa Cruz Analquito (Salvador) était enceinte de huit mois lorsqu’elle a fait une chute en lavant du linge chez elle, provoquant la perte de son bébé. Retrouvée inconsciente par sa famille, elle a aussitôt été emmenée à l’hôpital mais sur place, les autorités ont soupçonné la jeune femme d’avoir pratiqué un avortement. Emprisonnée, Sara Rogel a été inculpée d'homicide aggravé et a été condamnée à 30 ans de prison. Après plusieurs interventions légales du Groupe citoyen pour la dépénalisation de l'avortement thérapeutique, éthique et eugénique (ACDATEE), la justice a réduit sa peine à dix ans de prison. Elle a finalement été libérée le 7 juin, après avoir passé neuf ans dans la prison pour femmes de Zacatecoluca.  

Lire aussi >> Douloureux ou anodin : l'avortement par celles qui l'ont vécu

« J'ai me suis sentie comme naître à nouveau », a déclaré, très émue, Sara Rogel après sa libération conditionnelle anticipée. En conférence de presse, elle est revenue plus en détails sur l’accident qui a bouleversé sa vie. « Ça a été très difficile. J'aimais mon bébé, mais je l'ai perdu à cause d'une chute, j'avais tout ce que désirait une mère, avoir un bébé », a-t-elle confié.  

« Elle a été privée de liberté pendant près de neuf ans, pour une peine que nous pensons lui avoir été injustement infligée »,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

 A lire aussi 

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles