Bébé sauvé à Ceuta : le plongeur raconte l’histoire derrière l’image choc

·2 min de lecture

Plus de 8 000 migrants se sont jetés à l’eau entre lundi et mardi pour franchir la frontière entre le Maroc et l'Espagne. Parmi eux, un bébé, sauvé in extremis par un plongeur de la Garde civile espagnole.  

C’est l’une des deux seules frontières terrestres qui relient l'Afrique et l'Europe. Entre lundi et mardi, l’enclave de Ceuta, ville autonome de l’Espagne située sur la côte africaine, a vu arriver par les eaux plus de 8 000 migrants en provenance du Maroc. Parmi les arrivants, se trouvait notamment un bébé dont le sauvetage par un plongeur de la Garde civile a été immortalisé en photo. Le cliché, rapidement relayé dans le monde entier, a rappelé à certains celui du petit Aylan Kurdi, retrouvé noyé sur une plage turque en 2015 alors que sa famille tentait de fuir la guerre en Syrie.  

Lire aussi >> Le coup de gueule d'Emmanuelle Béart : « Nous déshumanisons les migrants »

« Je ne savais pas s’il était vivant ou mort » 

L’homme venu en aide au nourrisson au large de Ceuta, membre d’un groupe spécial pour les activités sous-marines, s’est confié sur ce sauvetage dans les colonnes du quotidien espagnol « El País ». « Notre travail habituel consiste à récupérer des corps morts dans les eaux, que ce soit dans la mer, un marais ou une rivière... Mais cette fois, il a fallu sauver des êtres vivants, de tous âges, dans toutes les conditions », raconte Juan Francisco Valle avant d’expliquer que le plus difficile dans cet exercice a été de distinguer les personnes qui avaient le plus besoin de son aide.  

À propos du bébé, Juan Francisco Valle déclare : « Je ne savais pas s'il était vivant ou mort. Il était gelé, froid et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles