​​Les bébés nés en 2020 subiront 30 vagues de chaleur extrêmes au cours de leur vie

·1 min de lecture

Selon une étude publiée dans la revue Science, les enfants qui naissent aujourd’hui souffriront davantage du réchauffement climatique que leurs grands-parents.

Trente. C’est le nombre de vagues de chaleur extrêmes que connaîtront au cours de leur vie les bébés nés en 2020. Ces nourrissons seront sept fois plus exposés que leurs aînés nés en 1960 aux impacts du réchauffement climatique (canicules, sécheresses, catastrophes naturelles). C’est la conclusion dramatique d’un rapport d’une équipe internationale de chercheurs, publié dans la revue Science fin septembre.  

Lire aussi >> Rapport du Giec : une alerte rouge sur la planète bleue

Intitulée « Inégalités intergénérationnelles face à l'exposition aux extrêmes climatiques », l’étude alerte sur les conséquences à long terme de nos actions actuelles sur le climat. Les scientifiques espèrent une réduction drastique des émissions de CO2, pour offrir de meilleures conditions de vie sur Terre à ces futurs bébés. 

Une menace pour les générations futures

Les chercheurs alertent sur « l’effet boule de neige » du réchauffement climatique. Ils prévoient qu’un individu né aujourd’hui subira dans sa vie non seulement sept fois plus de vagues de chaleur que ses aïeux, mais aussi deux fois plus de sécheresses et d'incendies de forêt, ainsi que trois fois plus de crues de rivières et de mauvaises récoltes. Ces prévisions, un brin déprimantes, risquent d’avoir lieu même si les pays respectent leurs engagements actuels en matière de réduction des émissions de carbone. 

Selon les engagements actuels, la température moyenne de la Terre...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles