Les bénéfices de la restriction calorique

SPL/ SUCRÉ SALÉ - YALE UNIVERSITY

Une étude montre qu'une simple diminution des apports en calories, sans être gouvernée par un régime alimentaire strict, suffit à avoir des effets notables sur la biologie du corps et du système immunitaire.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°904, daté juin 2022.

Mieux manger pour vivre plus longtemps ? Et s'il fallait avant tout moins manger ? C'est en tout cas ce que suggère une étude de l'université Yale (New Haven, États-Unis). Publiée en février, elle est la première à démontrer les effets positifs de la restriction calorique chez l'être humain. Jusqu'à présent, la méthode n'avait montré son efficacité que sur des animaux. Et des petits encore : des mouches, des souris ou des vers. Soit des espèces dont les existences sont suffisamment courtes pour pouvoir être étudiées dans leur entièreté en laboratoire. Chez ces animaux, réduire la quantité de calories ingérées permet en effet d'augmenter l'espérance de vie. Parfois de manière très significative : 50 % de vie en plus pour certains primates comme les lémuriens microcèbes. Des résultats spectaculaires sont aussi obtenus si on nourrit des animaux à des heures spécifiques de la journée et pas à d'autres (lire l'encadré ci-dessous).

Mais d'autres expériences, toujours chez la souris, avaient montré que la restriction calorique augmentait les infections. À défaut de pouvoir mener des études sur plusieurs années avec beaucoup de participants chez l'humain, l'équipe américaine dirigée par Vishwa Deep Dixit, directeur du Centre de recherche sur le vieillissement de Yale, a tenté une expérience avec 200 volontaires. La moitié d'entre eux ne devaient rien changer à leurs habitudes alimentaires. La centaine d'autres devaient diminuer leur apport calorique de 14 % en moyenne. Tous les participants ont dû soigneusement noter leurs menus, la quantité de ce qu'ils ingéraient, deux années durant.

Manger en temps et en heure

Grignoter à toute heure, on le sait, favorise la prise de poids et l'obésité. Pour une raison simple : manger à heures fixes permet à l'organisme de s'y préparer en sécrétant des sucs gastriques à l'avance et de digérer ainsi plus efficacement. Confirmation avec le travail[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles