Bénabar défend le romantisme : "Il faut s'autoriser à être fleur bleue, cela nous élève"

·1 min de lecture

Dans son nouvel album Indocile heureux, Bénabar clame notamment son amour pour Les belles histoires. Invité de l'émission d'Émilie Mazoyer Musique!, le chanteur revendique sa part de romantisme et regrette que cette imagerie se perde de plus en plus dans les livres et les films récents. Bénabar aimerait, au contraire, que chacun assume son côté "fleur bleue". "C'est vrai qu'il y a dans ma chanson Les belles histoires un petit côté un peu désuet que l'on n'assume en général pas trop", reconnaît sans problème le chanteur. "Je suis très romantique".

>> Retrouvez Musique ! de 20h à 22h ainsi qu'en replay et en podcast ici

Son goût du romantisme ne s'embarrasse d'ailleurs pas de faire le tri entre sentiments subtils et grandes envolées lyriques. "J'apprécie le romantisme, y compris avec le romantisme littéraire du 19e siècle qui est parfois un peu théâtral, un peu surjoué", admet le chanteur. "J'aime bien ce romantisme avec un côté caricatural et la sensiblerie qu'on y trouve parfois : les sentiments exacerbés, les baisers fougueux sous la pluie, toute cette imagerie-là."

"On a tendance à avoir peur que l'on se moque de nous"

Selon les explications de Bénabar, ces élans sentimentaux nous permettent d'être emportés par des choses qui nous dépassent. "Le romantisme nous élève. C'est bien d'être traversé par des sentiments un peu supérieurs, comme l'amour. Mais c'est aussi valable pour l'amitié", complète-t-il. "C'est valable pour toutes les grandes choses, les grands sentiment...


Lire la suite sur Europe1