La babymoon ou les dernières vacances avant l'arrivée (et les cris) de bébé

Katia Rimbert
Journaliste
La babymoon ou les dernières vacances avant l'arrivée (et les cris) de bébé

Oubliez la honeymoon ! Pour fêter votre union avec l'élu.e de votre coeur et surtout la future naissance de votre enfant, il faut désormais partir en babymoon entre deux nausées. En quoi ? En séjour détente quelques mois (ou quelques semaines pour les plus téméraires) avant l'accouchement.

On est obligé de vous le dire, la honeymooon, c'est dépassé. Aujourd'hui, la tendance, c'est de pimper sa lune de miel pour en faire quelque chose d'unique et pas toujours uniquement centré sur votre couple. Il y a quelques mois, on vous parlait de la solomoon aka le voyage de noces en solo histoire de se retrouver soi-même avant (ou après) le mariage. La babymoon, ça n'a rien à voir.

Vous vous en doutez, il faut être enceinte pour y prétendre. L'idée ? Partir en virée avec son amoureux.se avant l'arrivée de bébé. Comme pour dire adieu à l'insouciance que vous n'aurez PLUS JAMAIS une fois que votre poupon aura débarqué sur cette Terre.

La farniente avant les nuits blanches

Ce concept, tout droit venu des États-Unis, a évidement tapé dans l'oeil des agences de voyage, hôtels et autres complexes résidentiels. Résultat, on trouve de plus en plus de séjours all inclusive spécialement dédiés aux femmes enceintes et à leur conjoint.

Concrètement, ça se traduit par des massages spécial grossesse pour madame, des séances de sport pour monsieur qui fait une couvade parce qu’il mange autant que sa chérie, un dîner romantique pour que les futurs parents profitent d’un repas AU CALME sans payer de baby-sitter, un room service qui répond aux fringales nocturnes les plus incongrues de la future maman... Bref, tout pour se détendre et se retrouver rien qu’à deux. Avant d’être trois (ou quatre, ou plus d’ailleurs).

Tout ça c'est bien beau, mais il y a quand même un petit bémol. Comment profiter de ses vacances quand on est en cloque ? Et que potentiellement, on a des symptômes assez pénibles ? Parce que ce n'est pas hyper glamour de vomir son virgin cocktail sur la plage ou d'avoir les pieds gonflés sur la plage.

Vacances (antepartum), j'oublie tout

Pour éviter que le voyage tourne à la catastrophe, il est conseillé de partir pendant le deuxième semestre de grossesse mais d'éviter l'avion au-delà de du septième mois. Ah et mieux vaut tout de même partir en France ou un Europe plutôt qu'à l'autre bout de la planète (pour pouvoir rentrer rapidement en cas de problème).

Doit-on rappeler que ce genre d'escapade est à proscrire en cas de grossesse compliquée ou contre-indication du médecin ? Allez, on le fait quand même. Ce break doit aussi et avant tout être un moment en duo, loin des tracas du quotidien et de l'angoisse de la naissance de bébé. Il faut donc que vous soyez dans de parfaites conditions pour en profiter au maximum. Et que vous en ayez envie.

In fine, ces quelques jours coupés de tout devraient renforcer la solidité de votre couple, qui sera désormais paré (et plus reposé) pour accueillir le fruit de votre amour.