Baiser volé, 5 à 7 au presbytère... elle a quitté son mari pour le prêtre de sa paroisse !

C’est l’heure des confidences sur le canapé de Ça commence aujourd’hui. Cette semaine est un peu particulière, c’est en effet la “semaine de l’amour” dans l’émission de Faustine Bollaert. Mardi 3 décembre 2019, des femmes de tous les âges sont venues raconter la plus grande décision qu’elles ont eu à prendre au cours de leur vie. Harmonie, Marie-Laurence et Mathilde ont en effet un point commun : elles étaient toutes mariées ou en couple avec le père de leurs enfants, quand tout a basculé. Chacune a vécu un coup de foudre instantané, et a donc dû faire face à un dilemme cornélien : choisir la raison, ou bien la passion. Dans cette émission “Un mari, un amant, et une décision à prendre…”, Marie-Laurence témoigne de son histoire d’amour peu banale avec un prêtre et de tout ce qu’elle a dû entreprendre pour le faire céder !

⋙ Faustine Bollaert : comment elle arrive à prendre de la distance face à certains témoignages difficiles de "Ça commence aujourd’hui"

Après s’être mariée à l’âge de 19 ans, avec un homme de 16 ans son aîné, elle s’est retrouvée à élever les trois enfants de ce dernier. Vingt ans de vie commune et deux nouveaux enfants plus tard, l’Agenaise n’en peut plus. “J’en avais plein le dos, j’étais usée”, explique-t-elle à Faustine Bollaert. C’est alors que la sexagénaire fait une révélation : “Je suis tombée amoureuse du prêtre de ma paroisse.” Une histoire peu banale qui a surpris l’animatrice. Marie-Laurence a passé plus d’un an au côté de Bernard avant de lui avouer ses sentiments. Elle était devenue animatrice de catéchisme puis de cours de chant pour la messe, afin de “le voir le plus possible”. Alors que Faustine lui demande si cette attirance était réciproque, la mère de famille lui répond de façon très cash : “Il s’en fichait éperdument, c’est moi qui le draguais !” Alors que le public s’amuse de cette réponse, la journaliste s’interroge sur la façon dont elle a bien pu s’y prendre pour faire des avances à un homme d’église. C’est en réalité par SMS

(...) Cliquez ici pour voir la suite