Baisse d’érection, et si cela alertait sur une maladie ?

La rédac
·1 min de lecture

Tout homme peut être confronté à une « panne » de temps en temps, qui ne devrait pas porter à conséquence. En revanche, si la panne se répète de plus en plus, elle peut se transformer en signal d’alarme, à étudier de plus près.

La « panne sexuelle » est le plus souvent occasionnelle et transitoire. Mais quand elle récidive trop souvent, les médecins parlent de « dysfonction érectile » et l’on peut légitimement commencer à se poser des questions. Sans s’alarmer toutefois exagérément : presque banal, le phénomène touche un Français sur trois de plus de 40 ans et il peut avoir de multiples causes. Mais certaines résultent d’un problème de santé général. Ce qui explique aussi pourquoi de plus en plus d’hommes, qui prennent de l’âge, sont concernés (environ 23 % de 50 à 59 ans, 38 % de 60 à 69 ans, 67 % après 70 ans)*. D’où le double intérêt de ne pas avoir peur d’en parler à son médecin, car son diagnostic pourra, en plus, aider à retrouver toute sa vigueur.

Une cause hormonale ? Parfois, mais pas souvent

Une érection efficace nécessite un taux d’hormones masculines suffisant. Les androgènes, sécrétés par les testicules et les glandes surrénales, agissent sur les mécanismes de relaxation des artères caverneuses, qui permettent à la verge de se gonfler de sang. Ils exercent aussi une action primordiale au niveau cérébral, dans les zones de commande du désir sexuel. C’est pourquoi leur carence entraîne simultanément une diminution de la libido.

Leur taux dans le sang diminue naturellement avec l’âge mais, au-dessous d’un certain seuil, des conséquences néfastes commencent à se faire sentir – on parle alors...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi