Baisse de libido ? Une étude explique comment le soleil influence notre vie sexuelle

Alora Griffiths

Ce n'est pas pour rien qu'on parle de “hot girl summer” et non de “hot girl winter” : en hiver, notre libido a tendance à... hiberner. D’après une étude de l’Université de Tel Aviv publiée dans Cell Reports, ce phénomène serait tout simplement lié au manque de soleil, qui aurait un effet direct sur notre désir sexuel.

Eh oui ! Si les UV sont mauvais pour notre peau, ils ont en revanche un impact positif sur notre libido : s'exposer au soleil permettrait de libérer un plus grand volume d’hormones sexuelles. Pour le prouver, des chercheurs ont étudié les effets de différents niveaux d’exposition aux UV sur 32 personnes, en leur demandant de noter leur niveau d’excitation sexuelle. Ils leur ont également demandé d’éviter le soleil pendant deux jours avant de leur faire prendre des bains de soleil de 25 minutes. Après s’être exposés aux rayons UV, les volontaires étaient plus excités sexuellement.

Le taux de testostérone des hommes était également plus important, les rendant alors plus agressifs. Grâce aux résultats de cette étude, les chercheurs espèrent mettre au point un traitement par les UV pour les troubles hormonaux.

Carmit Levy, le professeur à l’origine de l’étude, précise que les chercheurs savent depuis plusieurs années déjà que les UV ont une influence sur le taux de testostérone chez les hommes et le comportement sexuel des mammifères. Cependant, le mécanisme responsable de cette influence restait inconnu.

Sur le même sujet ⋙ Sexe : voici ce qui ferait le plus baisser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Obésité : notre statut socio-économique influence notre capacité à perdre du poids, selon une étude
La moitié de l’Europe pourrait devenir myope d’ici à 2050 : voici comment l’éviter
Qu’est-ce que la "thérapie par le cri" pratiquée par des femmes pour évacuer leurs colère et traumatismes ?
Contraception : un premier gel vaginal sans hormones ni effets secondaires est à l'étude
Psycho : notre peur de l’échec cacherait en réalité une peur du succès