"Balance ton post" : Cyril Hanouna obligé de calmer un spectateur sur le plateau

“Pour ou contre les animaux dans les cirques ?” Comme chaque jeudi, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont débattu sur des sujets de société dans Balance ton post. Si la bande de baba est souvent divisée, ce 21 novembre, la question posée semble avoir fait l’unanimité. Sur le plateau, seule Laurence Sailliet, ex-porte parole des Républicains (LR), s’est prononcée en faveur de la présence des lions et autres éléphants dans les cirques. Dans l’hémicycle, l’ambiance est tout autre. D’un côté, des artistes de cirque. De l’autre, des spectateurs arborant des photos d’animaux en cage légendées : “Brisés psychologiquement pour faire le spectacle" ou "Emprisonnés pour nous amuser, nous exigeons une loi !".

Alors que Karim Zeribi explique pourquoi, selon lui, les animaux n’ont plus leur place sous les chapiteaux, un homme dans le public s’emporte. Arrêté par deux agents de sécurité, Solovich Dumas, directeur du cirque de Rome, lance : “Il y a huit personnes qui sont contre mon collègue et il n'y a qu’une personne qui est pour lui. Ce n’est pas un débat qui est équitable ça". Christine Kelly tente de le calmer en expliquant : “On n’est pas contre lui”. Rien n’y fait. L’animateur intervient à son tour : “Oh oh ! On ne va pas influencer les chroniqueurs donc calme-toi ! Je te le dis...".

Habitué à laisser la parole aux spectateurs, il continue : “Non, mais laissez-le parler. Monsieur, vous avez tout à fait le droit de parler. Si vous voulez intervenir et venir en aide à William (directeur du Cirque royal, ndlr), il n'y a aucun problème”. Il souligne toutefois : “Moi, je ne vais pas influencer les chroniqueurs en leur disant : 'Tu vas être pour, tu vas être contre'. Ils disent ce qu’ils pensent, ils sont contre. Voilà. Maintenant vous vous êtes pour et je comprends tout à fait et on va en parler (...). C’est vrai que là ce soir, mine de rien autour de la table ils sont tous contre. (...) Monsieur, moi je ne peux pas me permettre de leur dire...". Finalement, le ‘perturbateur’ a été

(...) Cliquez ici pour voir la suite