Balayage ou coloration, que choisir après 50 ans ?

Le balayage, pour plus de lumière

A ne pas confondre avec les mèches ! Cette technique de coloration permet d’éclaircir ou de foncer une partie de la chevelure, de façon très subtile. En d’autres termes, elle apporte de la lumière et du relief. Contrairement aux mèches qui donnent un résultat parfois grossier, le balayage consiste à (dé)colorer des petites mèches extrafines et ne se fait quasiment plus au niveau de la racine pour éviter les grosses démarcations. Le résultat est donc très naturel.

Pour qui ? Le balayage n’a pas d’âge. Grâce à son rendu naturel et subtil, il s’adresse à toutes les femmes. Il est idéal pour toutes celles qui ont quelques cheveux blancs (pas plus de 20 à 30 % tout de même) puisqu’il permet de les « noyer » dans la masse capillaire, sans les colorer.

Bon à savoir : sur une base blonde, on peut obtenir des reflets chauds ou froids. Sur une base foncée, on obtiendra majoritairement des reflets chauds type « caramel ».

L’entretien : si le balayage est léger et qu’il n’a pas été fait en racine, retournez chez le coloriste tous les 3 ou 4 mois. Sinon comptez 2 mois maximum.

La coloration, experte en camouflage

La coloration est ce qui est le plus demandé en salon de coiffure. Il en existe deux sortes : la semi-permanente qui est plutôt un accessoire de mode et s’estompe. Et la coloration permanente, ou la coloration d’oxydation. Celle-ci transforme le cheveu chimiquement et demande un entretien régulier chez le coloriste. Le pro travaille directement les nuances sur votre base selon l’effet voulu. Impossible d’obtenir un tel résultat avec une coloration maison.

Pour qui ? Toutes les femmes et en particulier celles qui souhaitent cacher leurs cheveux blancs. Attention, plus on est « foncée » et plus on aura du mal à aller dans du très clair. Mieux vaut dans ce cas passer par un balayage.

L’entretien chez le coloriste : tous les mois ou deux mois selon la repousse.

La tendance : associer les deux pour un résultat sur mesure

C’est un bon compromis, surtout

(...) Cliquez ici pour voir la suite