Baptiste Giabiconi se confie sur ses préférences sexuelles

Une relation qui a souvent fait jaser. Le lien unissant le grand couturier Karl Lagerfeld et le mannequin Baptiste Giabiconi a longtemps paru quelque peu ambigu. Amants ou amis ? Dans son livre Karl et moi paru aux éditions Robert Laffont, Baptiste Giabiconi est revenu sur la relation qu'il a entretenue avec celui qui fut son mentor, disparu d'un cancer du pancréas, le 19 février 2019. Le mannequin a toujours voué une admiration sans borne pour celui qui l'avait découvert alors qu'il avait à peine 18 ans. Entre eux, "c'était une relation filiale, très puissante. C'est un amour que l'on ne peut pas décrire. On se faisait souvent des câlins" a-t-il déclaré dans Sept à huit sur TF1, le 23 février 2020, en pleine promotion de son livre.

Dans cet entretien, il fait fi des rumeurs : "moi, je la connais ma relation avec Karl. Il n'y a jamais eu quoi que ce soit. Ni l'ombre d'une ambiguïté. Jamais. Il était passé au-dessus de tout ça". Mais s'il n'y avait rien de sexuel entre eux, il y a bien une certitude, c'est la préférence de Karl Lagerfeld pour les hommes, lui qui avait perdu Jacques de Bascher, l'amour de sa vie. Le couturier n'a jamais caché son orientation sexuelle. Et Baptiste Giabiconi ? Dans une interview accordée à Gala, le protégé de Karl Lagerfeld laisse planer le doute. Il préfère revenir sur la nature de leur relation plutôt filiale qu'amoureuse : "quand on a décidé de s'aimer, on ressentait des choses l'un pour l'autre. Karl disait qu'on s'aimait d'un amour qui n'existe pas. Il a fallu donner une direction à cette relation, sans rentrer dans une case. Comme Karl était plus porté sur les papilles que sur le sexe, notre histoire est vite devenue une relation père-fils."

"On ne comprend pas si vous aimez les garçons ou les filles"

Sans toutefois l'empêcher d'avoir une vie sociale. "J'ai évidemment mené la vie d'un jeune homme de mon âge. Mais sans en parler à Karl. Très vite, j'ai compris ses codes et surtout ce qu'il attendait de moi" confie celui qui est le premier

(...) Cliquez ici pour voir la suite